Plusieurs représentants de OPED-Togo participent à la deuxième édition de la Conférence régionale des Jeunes sur les changements climatiques

Du 3 au 5 novembre 2016 s’est tenue à l’Institut français de Lomé la deuxième édition de la Conférence des Jeunes sur les changements climatiques. Cette rencontre se situe dans le cadre des préparatifs de la 22ème Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP22), et est organisée par la CNJC. Au total, plus de 100 jeunes représentant 13 pays africains ont pris part à cette rencontre.  qui a eu pour  thème « Jeunesse africaine, agissons pour une meilleure résilience climatique à l’horizon 2030 ».

 

Parmi ces participants figurent cinq (5) jeunes de OPED qui sont des membres actifs du Programme Jeunesse de l’association.

 

Plusieurs autorités ont honoré de leur présence cette grande rencontre des jeunes. Diverses thématiques ont été abordées durant les trois jours d’atelier ainsi que des travaux en commission organisés en dix groupes de dix jeunes chacun. A la suite de ces travaux des dix groupes de travail, des recommandations ont été formulées par les jeunes à l’endroit des décideurs et négociateurs.

 

Notons qu’au cours de cette deuxième édition, une foire aux projets a été organisée. Au total, cinq projets ont été sélectionnés : transformation des déchets, alimentation en eau potable, plus de déchets dans la nature, foyers écologiques et économiques, déchets valorisés.

 

 

OPED-Togo, membre du Comité National Ozone, prend part à l’atelier de restitution de la 28ème Réunion au Protocole de Montréal relatif à des substances appauvrissant la couche d’ozone

Le 27 octobre 2016, s’est tenue dans la salle de réunion de la Direction de l’Environnement l’atelier de restitution de la 28ème réunion au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone.

 

Le Coordonnateur du Bureau National Ozone, M.  DJOSSOU Vidémé Amèh, a présenté une communication sur l’amendement de Kigali dans laquelle il a rappelé que certains produits chimiques généralement sous forme gazeuse sont largement utilisés dans des appareils de production de froid. Les hydrofluorocarbures (HFC) appartiennent à des catégories de produits chimiques synthétiques utilisés dans certains de ces appareils dans la réfrigération ; la climatisation ; et d’autres applications comme les mousses et les aérosols. Il a été également rappelé que le Togo a jusqu’en 2040 pour éliminer totalement le HCFC selon le calendrier d’élimination des HCFC.

 

Plusieurs stratégies de mise en œuvre pour la gestion des HCHC ont été définies et portent sur la sensibilisation, la formation, les mesures réglementaires, la réduction de la consommation, le développement des programmes qui incitent les fabricants de ces réfrigérants à réduire la production, l’incitation financière.

 

 

OPED lance au Togo le projet ACE-WA sur les énergies propres en Afrique de l’Ouest

Un atelier portant sur le projet intitulé « Accélérer la mise en œuvre des politiques régionales sur les énergies propres en Afrique de l’Ouest » a lieu ce mardi 23 août 2016 à Lomé. Ce qui marque le démarrage au Togo dudit projet.

 

Organisé par l’ Organisation Pour l’Environnement et le Développement durable (OPED), l’objectif de cette rencontre est de contribuer à renforcer la mise en œuvre des politiques et stratégies régionales sur l’accès à l’ énergie durable en Afrique de l’ Ouest en faveur des pauvres dans le cadre de l’ atténuation des changements climatiques, prendre connaissance des stratégies et des priorités nationales en ce qui concerne l’ accès à l’ énergie pour les populations pauvres et défavorisées, échanger sur les mesures pouvant permettre un meilleur déploiement et une large diffusion des énergies renouvelables au Togo.

 

Le Directeur Exécutif de l’OPED, Joseph KOGBE, a indiqué que si les effets du changement climatique sont ressentis partout dans le monde, il est reconnu que ce sont nos pays qui subissent et subiront davantage leurs effets néfastes en raison de leur vulnérabilité. « Des lors, il est nécessaire d’enclencher une transition énergétique en promouvant le développement des énergies renouvelables qui constituent une réelle opportunité pour lutter contre le changement climatique et en même temps répondre à une partie de nos besoins énergétique dans le respect d’impératifs environnementaux, sociaux et économiques » a-t-il expliqué.

 

Selon le Ministre de l’Environnement et des Ressources Forestières, André Johnson qui s’est fait représenter par le Secrétaire Général du Ministère, Monsieur Boundjouw Sama, « la production et l’utilisation de l’énergie doivent être pensées autrement. Ces processus doivent désormais se fonder sur la maitrise de la consommation, la diversification et l’efficacité énergétique, et la diminution du recours aux énergies fossiles, dans le double objectif de favoriser un meilleur déploiement des énergies propres et durables et la réduction des émissions de gaz à effet de serre ».

 

Lire les articles suivants pour en savoir plus:

Radio officielle n°1 du Togo (Radio Lomé) :

http://www.radiolome.tg/2016/08/23/lancement-du-projet-ace-wa-au-togo/

AfreePress :

http://www.afreepress.info/index.php/world/business/item/5608-changements-climatiques-le-projet-ace-wa-au-c%C5%93ur-des-d%C3%A9bats-%C3%A0-lom%C3%A9

Savoir News :

http://www.savoirnews.net/Les-energies-propres-en-Afrique-de

Togo TopNews :

http://togotopnews.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1479:2016-08-25-08-01-33&catid=83:environnement&Itemid=157

Ici Lomé : http://news.icilome.com/?idnews=826887&t=changements-climatiques--le-projet-ace-wa-au-c%C5%93ur-des-debats-a-lome

Radio en ligne (Radio Oréole) : http://www.radiooreole.com/2016/08/togo-ateler-de-demarage-du-projet-ace.html?m=1

Plusieurs presses écrites parlent aussi de l'événement.

Par exemple, à la Une et à la première place du Grand quotidien national d'information TOGO-PRESSE (N°9857 du 24 août 2016)

En route pour la COP22 sur le climat : les jeunes de OPED toujours mobilisés

Le 6 juillet 2016, OPED-Togo a organisé à Lomé (EBS) une session de formation sur l’environnement et les changements climatiques à l’endroit des jeunes élèves et étudiants. Cette formation se situe dans le cadre de son programme d’éducation environnementale. « L’ère de l’énergie », un logiciel multimédia, a servi de base pour la formation.

 

La rencontre a été focalisée sur la découverte du lien énergie-climat et se situe dans le cadre d’un projet dénommé « De Paris à Marrakech en passant par le lien Énergie-Climat ». Ce projet vise à sensibiliser et à éduquer des jeunes d’une trentaine de pays francophones par rapport au lien qu’il y a à faire entre leur consommation d’énergie et les changements climatiques.

 

Dix-huit (18) jeunes ont pris part à cette formation. Il s’agit essentiellement des jeunes étudiants de l’Université de Lomé (de spécialités différentes) et des élèves du Club Environnemental du Lycée d’Avédji (CELA) à Lomé. La rencontre a permis aux jeunes élèves et étudiants de découvrir et mieux comprendre les liens entre notre utilisation de l’énergie et les changements climatiques en vue de les amener à agir.

 

 

La société civile togolaise bien préparée pour la COY11 et COP21 sur le climat à Paris

Les 12 et 13 novembre 2015, dans la Salle polyvalente de la délégation de l’Union Européenne à Lomé, une cinquantaine d’acteurs nationaux issus de l’administration publique, de la société civile, des organisations de jeunes et d’étudiants, du patronat et des médias ont participé à un atelier d’information et de sensibilisation sur les grands enjeux et les attentes de la société civile francophone par rapport à la 21ème Conférence des Parties (COP21).

 

Initiée par l’ONG OPED (Organisation pour l’Environnement et le Développement durable), cette rencontre de deux jours a permis aux acteurs nationaux de mieux mesurer l’ampleur des enjeux de cette conférence devant conclure un nouvel accord sur le climat.

 

Cette rencontre a été organisée grâce à l’appui de l’Ambassade de France au Togo, du Réseau Climat & Développement et la Délégation de l’Union Européenne au Togo. A la fin des travaux de l’atelier, les participants ont formulé des recommandations qui ont abouti à la déclaration des organisations de la société civile togolaise sur la COP21. Il faut préciser que l’ouverture de l’atelier a connu la présence du Ministre de l’Environnement et des Ressources Forestières, Monsieur André Johnson, de l’Ambassadeur, Chef de la délégation de l’Union Européenne au Togo, Monsieur Nicolas Berlanga Martinez, du Conseiller de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France au Togo, Monsieur Gilles Petit de la Villéon et de la Directrice résidente de la GIZ au Togo, Mme Annette Rathjen.

 

 

Conférence des Jeunes sur les changements climatiques au Togo

Les 16 et 17 octobre 2015, le Togo a organisé la Conférence des Jeunes sur les changements climatiques. Cette conférence, première du genre, s’inscrit à la fois dans le cadre de la 21e Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations-Unies sur les Changements Climatiques (COP21) prévue du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris, et de la 11e Conférence des Jeunes sur les Changements Climatiques qui se tiendra à Paris du 26 au 28 novembre 2015. C'est l'une des 06 conférences de jeunes organisées sur l'ensemble du continent africain.

 

Cette conférence est une initiative de six organisations de la société civile togolaise à savoir, « Organisation pour l’Environnement et le Développement durable», « Jeunes Volontaires pour l’Environnement », « Jeunes Verts », « Parlement National des Jeunes pour l’Eau », « Visions Solidaires » et « Women Environmental Program ».  Elle a vu l’appui financier de l’Ambassade de France au Togo.

 

Plus 100 jeunes togolais, ont pris part aux travaux dont les objectifs ont tourné autour des actions menées au Togo en faveur de la jeunesse pour la COP21. Plusieurs travaux ont meublé la conférence entre autre des communications, la simulation du Modèle des Nations Unies (MUN), une visioconférence, etc. A la fin les participants ont formulé des recommandations pour la COP21. Ces recommandations ont été transmises à M. l’Ambassadeur de France au Togo lors d’un déjeuner que celui a organisé à l’intention des organisateurs.

 

Une chose importante à noter est que certains jeunes participants ont estimé la quantité de gaz à effet de serre dégagé durant tout l’évènement. Au total 2910.01 Kg eq CO2 ont été émis soit 16.17 Kg eq CO2 par personne.

 

Télécharger la Déclaration des Jeunes

 

 

Réunion des Groupes de travail sectoriel sur l’analyse des barrières et création d’un cadre propice au transfert et à la diffusion des technologies

Le 28 juin 2016 s’est tenue dans la Salle de réunion de la Direction de l’Environnement une réunion des groupes de travail sectoriels sur l’analyse des barrières et création d’un cadre propice au transfert et à la diffusion des technologies. OPED a participé aux travaux de la rencontre.

 

La réunion a commencé par le mot de bienvenue de l’Entité Nationale Désignée, Madame Yaou Mery, au nom du Directeur de l’Environnement.

 

Une brève présentation a été ensuite faite par le consultant, Monsieur AGBOSSOU, et a portée sur l’introduction et la méthodologie du processus EBT. Il a d’abord rappelé que le processus a démarré depuis 2015 dans 26 pays dont le Togo et se situe dans le contexte des changements climatiques. Il a précisé que l’évaluation des besoins en technologies se fait dans les domaines de l’adaptation et de l’atténuation. Au Togo, la première phase processus EBT a porté sur l’identification et l’hiérarchisation des technologies. Aujourd’hui, ce processus est à sa deuxième phase et concerne l’analyse des barrières et le cadre favorable. Il s’agit en fait d’analyser les obstacles de mise en œuvre de ces technologies. Une troisième étape de ce processus portera sur le plan d’action technologique surtout les technologies climatiques qui sont un ensemble de trois composantes.

 

Deux secteurs ont été identifiés pour l’évaluation des besoins en technologies. Il s’agit du secteur des transports et celui de l’énergie. Pour cette deuxième phase qui est en cours d’exécution, une méthodologie est adoptée et porte sur l’organisation des processus et la classification des barrières (barrières économiques et financières de la technologie et les barrières non financières). Plusieurs outils d’analyse sont disponibles en fonction de la technologie à mettre en œuvre. Parmi les outils, il a été cité, entre autres, l’arbre à problème et la cartographie du marché.

 

Un travail de fond a été ensuite fait sur trois technologies. La première phase du travail a consisté à identifier les problèmes tout en dégageant le problème ou la barrière centrale et la deuxième étape a consisté à énumérer la liste des mesures à prendre.

 

 

Partage des résultats de l’étude sur les bonnes pratiques d’adaptation aux changements climatiques dans le secteur agricole

OPED-Togo a participé à l’atelier sur « Adaptation agricole au changement climatique : six catégories de bonnes pratiques en Afrique » organisé par l'Agence de planification et de coordination du NEPAD, en collaboration avec la GIZ. Cette rencontre a eu lieu du 4 au 5 mai 2016 à Addis-Abeba, Ethiopie. Elle a réuni des experts venus des six pays pilotes du projet en Afrique Subsaharienne, dont le Togo, et les représentants des institutions publiques et des partenaires du projet.

 

Son objectif de la rencontre est de partager et de discuter les conclusions de l'étude en ce qui concerne les six catégories de bonnes pratiques agricoles en matière d'adaptation au changement climatique dans six pays africains (Burkina Faso, Cameroun, Ethiopie, Afrique du Sud, Togo et Zambie) et de discuter des recommandations. L'étude qui a duré trois années a identifié les méthodes les plus prometteuses et les plus répandues dans l'agriculture et l'adaptation au changement climatique en collaboration avec les associations régionales et nationales d'agriculteurs. Chacun des six pays a présenté les résultats de l’étude. OPED-Togo est l’organisation partenaire de ce projet au niveau du Togo.

 

 

Lancement officielle de la Plateforme Nationale de la Convergence des luttes pour la terre et l’eau

Le 9 Mars 2016, s’est tenu à la salle CESAL à Lomé un atelier de lancement officielle de lancement de la Plateforme Nationale de la Convergence des luttes pour la terre et l’eau.

 

En effet, la terre et l’eau sont des ressources naturelles très indispensables à la survie des populations africaines. Cependant ces deux ressources sont source de conflit entre les groupes sociaux nécessitant la mise en place d’un cadre juridique qui donne droit à chacun d’avoir accès à la terre et l’eau. Au niveau national, la population n’est pas suffisamment informée et il faudrait chercher le financement nécessaire avant de se lancer dans la mise en œuvre effective des activités.

 

L’objectif de la rencontre était de rendre officielle les activités de la plateforme nationale de la convergence. OPED-Togo, membre de la Convergence, a été représentée par Mme Elodie KABIE qui a participé aux travaux de la rencontre.

 

Une déclaration de lancement de la plateforme nationale de la convergence globale des luttes pour la terre et l’eau du Togo a été produite à la fin de la rencontre.

 

 

Atelier de structuration et de formation des collectifs africains de la société civile du secteur eau et assainissement

Les 27 et 28 janvier 2016 s’est tenu à Lomé au Togo une formation sur la thématique « Eau et Changement Climatique » rassemblant, les collectifs de la société civile de huit (8) pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Celle-ci a eu lieu dans le cadre du projet « Eau et Assainissement pour tous : Pour une société civile forte et entendue en Afrique de l’Ouest et du Centre » soutenu par le Fonds des nations Unies pour la Démocratie (FNUD).

 

OPED-Togo, une structure spécialisée dans les questions de changements climatiques, a non seulement participé à la formation, mais c’est son directeur exécutif qui a été le principal formateur.

 

Un document de capitalisation est né de cette formation organisée par le Secrétariat Permanent des Organisations Non Gouvernementales (SPONG) et la Coalition Eau.

 

 

OPED-Togo prend part au lancement d’un projet de maraîchage

La cérémonie de lancement officiel du projet de maraîchage par irrigation goutte à goutte associé à une gestion durable de la fertilité des sols dans le bas-fond du Zio s’est faite conjointement par le Ministre de l’Environnement et des Ressources Forestières et le représentant de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Cet atelier de sensibilisation, d’information et de lancement des activités dudit projet a eu lieu le 21 décembre 2016 dans la Salle CEDEAO du CASEF à Lomé.

 

Organisé par l’ONG AFHON, ce projet à dimension genre qui a été apprécié par le ministère de l’environnement selon lequel les femmes constituent la population la plus vulnérable aux effets néfastes des changements climatiques et doivent être associées à la prise de décisions. Quatre communications ont été présentées au cours de cette rencontre et ont été meublées par un débat riche permettant aux participants de bien cibler les contours dudit projet.

 

 

La quinzaine de l’environnement et du développement durable au Togo : OPED-togo activement impliquée

Le 7 juin 2016, OPED-Togo a participé à la cérémonie du lancement officiel de la quinzaine de l’environnement et du développement durable au Togo qui a eu lieu dans l’enceinte de l’Agora Senghor.

 

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Ministre de l’Environnement et des Ressources Forestières et le Directeur de l’Agence Nationale de Gestion de l’Environnement (ANGE), M. Efanam ADADJI.

 

Cette rencontre a eu pour thème « Tous mobilisés, tous engagés pour le développement durable ». Le but visé par la quinzaine était d’informer, éduquer, communiquer sur l’importance de la protection l’environnement et les enjeux du développement durable au Togo. Les différents objectifs de cette rencontre étaient de (i) mobiliser, sensibiliser et conduire au changement de comportements, de mentalités et de pratiques, (ii) promouvoir les pratiques responsables, les initiatives en faveur de la protection de l’environnement et du développement durable, (iii) amener les populations à devenir des agents actifs du développement durable, (iv) appuyer le gouvernement dans sa politique nationale de développement durable et contribuer à l’atteinte des objectifs de développement durable.

 

En plus de participer au lancement de l’événement, OPED-Togo a été impliqué dans diverses activités de cette quinzaine, notamment la réunion de discussion avec le secteur privé sur quelques outils de bonnes pratiques environnementales et l’animation des émissions radiophoniques sur les changements climatiques et le développement durable.

 

 

La mise en œuvre des politiques régionales sur les énergies propres en Afrique de l’Ouest : une préoccupation pour OPED

Un nouveau projet vient d’être lancé pour renforcer la mise en œuvre des politiques régionales sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique en Afrique de l’Ouest. Ce fut lors d'un atelier régional qui s'est tenu à Dakar, Sénégal, les 1er et 2 juin 2016. Le projet sera mis en œuvre dans sept pays de l’Afrique de l’Ouest : Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Mali, Niger, Sénégal et Togo. Au Togo, c’est OPED qui est porteuse de ce projet.

 

Un article de nos partenaires danois présente plus en détail les objectifs du projet. Dans cet article, une vidéo présente entretien avec Joseph KOGBE, directeur exécutif de OPED-Togo. Il parle des changements climatiques dans les pays ouest-africains en général et du Togo en particulier. Il revient également sur l’Accord de Paris adopté en décembre 2015.

 

Accédez à la vidéo : http://raastof.ve.dk/vedvarende-energi-vestafrika/

 

 

OPED fait le bilan de la COP21 et de l’Accord de Paris sur le climat Lors d’un atelier sur le bilan de la COP21

L’atelier de restitution de la COP21 s’est déroulé le 22 décembre 2015 dans la salle de conférence du Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières à l’initiative dudit ministère. L’objectif était de faire le bilan de la COP, notamment la décision de la COP21 et l’Accord de Paris sur le climat. Les participants ont tour à tour fait le point sur les différents sujets qui ont été discutés lors des négociations

 

Au cours de la rencontre, OPED-Togo a fait une communication sur le décryptage de la COP21 en mettant un accent particulier sur ce qui a été gagné à Paris, ce qui reste à faire aux niveaux international et national et les perspectives pour y arriver.

 

Plus d’une cinquantaine de personnes ont participé à cet atelier. A l’issue des travaux, des recommandations ont été formulées pour une participation plus active de la délégation togolaise à ces rencontres onusiennes sur le climat.

 

 

OPED-Togo participe à la première réunion du Club HELIO International sur l’énergie

En 2015, HELIO International a appuyé une dizaine de membres de réseaux et organisations partenaires, dont OPED, pour participer à la COP21. Ces partenaires ont participé ont participé directement ou indirectement aux travaux menés par HELIO International en Afrique sub-saharienne au cours des dernières années.

 

Avec ces partenaires, HELIO International a décidé de créer le Club HELIO International Énergie et d’ouvrir ses rencontres à d’autres experts de l’énergie mais aussi à toutes personnes et structures intéressées par sa démarche afin de développer de meilleures synergies.

 

Le Club HELIO, auquel je vous invite à vous joindre, est un réseau in- formel qui permettra de maintenir le contact entre nous et d’échanger informations et idées tout au long de la CoP21 (30 novembre – 11 décembre 2015).

 

La première rencontre du Club a eu lieu à Paris le 29 novembre 2015 avec la participation de OPED.

 

Ce fut l’occasion pour les membres de se faire amplement connaissance et de et de permettre à chacun de faire part de ses centres d’intérêt et de son programme d’activités au cours de la COP21. Les différentes manifestations auxquelles est associé HELIO International (side events, stands) ont été présentés par le Président d’HELIO International, Monsieur Christian Doualla.

 

 

OPED participe à Paris à l’Atelier partenarial : comment favoriser la prise en compte du lien eau/climat dans les politiques publiques ?

Eau et climat sont intrinsèquement liés. Pour agir sur le climat, il est indispensable d’intégrer le facteur « eau », comme il faut prendre en compte le facteur « climat » dans la gestion de la ressource eau. Pourtant, il semble que cette prise en compte intégrée du couple Eau/Climat soit encore faible au niveau des politiques nationales et locales : d’une part, l’eau est peu considérée dans les plans d’actions pour l’adaptation au changement climatique, d’autre part, les politiques de l’eau n’intègrent pas assez la planification du changement climatique. Quel rôle pour les Organisations de la Société Civile (OSC) dans ce contexte ? C’est cette interrogation qui conduit les partenaires de l’Eau Planète et Peuples à proposer un atelier de discussion qui a rassemblé une quinzaine de personnes, afin d’alimenter la réflexion et les travaux de plaidoyer de chacun.

 

Cet atelier a eu lieu à Paris le 8 décembre 2015 et OPED y a été représentée par son directeur exécutif.

 

A l’issue des discussions, les principaux obstacles à l’intégration des politiques Eau et Climat dans les pays, au niveaux national et local, ont été dégagés et des actions de plaidoyer pour les OSC afin de renforcer la prise en compte du lien Eau/Climat dans les politiques nationales et locales ont été identifiées.

 

 

L'atelier Planèt'ERE : de Paris à Marrakech en passant par le lien énergie

S’il est un domaine où les découvertes scientifiques et les avancées technologiques ont été déterminantes pour l’humanité c’est bien dans tout ce qui touche la maîtrise de l’énergie. Ces percées technologiques liées au secteur énergétique constituent la base même des sociétés modernes. Cependant cette utilisation intensive de l’énergie génère des émissions massives de GES devenant ainsi la principale cause des changements climatiques.

 

Parce que les conséquences de l’utilisation de l’énergie représentent les principaux défis auxquels l’humanité a à faire face, il importe que le plus grand nombre de personnes comprennent la pluralité des enjeux (sociaux, politiques, économiques, scientifiques et technologiques) afin de pouvoir trouver des solutions et des comportements acceptables. Les jeunes vont jouer un rôle de premier plan pour changer les choses c’est pourquoi il est important de mettre l’accent sur l’éducation pour faire la différence.

 

En vue de définir un projet et établir les différents paramètres sur cette préoccupation en faveur des pays francophones, le Centre permanent d’initiatives à l’environnement (CPIE) Normandie, France, en partenariat avec COTARDI Québec, a organisé un atelier de travail à Paris le 29 novembre 2015 au siège de l’Union Nationale des CPIE à Paris. Des participants venus de 7 pays et représentant des ONGs francophones, dont OPED Togo représentée par deux personnes, ont pris part à la rencontre. Quatre projets pilotes réalisés au Canada, en France, au Maroc et au Bénin ont été présentés et des axes des paramètres du projet ont été élaborés en vue de la rédaction du projet définitif.

 

 

OPED participe à la 11ème édition de la Conférence mondiale des Jeunes sur le Climat

Organisée en amont de la COP21, la 11ème Conférence mondiale des Jeunes sur les changements climatiques (COY11) a eu lieu du 26 au 28 novembre 2015, au Parc des Expositions de Villepinte, Paris.

 

OPED-Togo a participé à cet grand événement pour partager ses expériences et suivre les discussions sur les questions en négociation surtout celles portant sur l’éducation et la formation sur les changements climatiques. Elle a réalisé sur place avec d’autres jeunes des actions visant à mettre en scène les enjeux de la négociation vue par les jeunes (actions photo, saynètes, etc.).

 

 

OPED invitée sur le plateau de la télévision nationale pour parler des enjeux de la COP21

A la veille de la COP21, la Télévision Togolaise a organisé une émission au cœur de la nation pour préparer l’opinion nationale à cette rencontre mondiale sur le climat. Au vu de son expertise dans le domaine, OPED-Togo a été invité aux côtés des représentants des départements ministériels en charge de la question pour en débattre.

 

 

Le point de vue des ONG sur la COP20 présenté par OPED lors d’un atelier de restitution

Placé sous le thème : « Plate forme de Durban, quels résultats pour l’accord de Paris en 2015 ? » a été organisé par le Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières. La rencontre a eu lieu le 24 décembre 2014 à l’Hôtel Palm Beach à Lomé et visait à faire le point sur les décisions prises à la COP20 qui s’est déroulé en décembre 2014 à Lima, Pérou, et permettre aux acteurs nationaux de se préparer pour une participation active à la COP21.

 

Au cours de la rencontre, un représentant de OPED-Togo a fait une communication sur le point de vue des ONGs sur les résultats des négociations sur les changements climatiques de Lima.

 

Ce fut l’occasion pour les participants de prendre connaissance des décisions qui ont été prises à Lima et de soulever leurs préoccupations, notamment la faible prise en compte des enjeux auxquels font face les pays les plus vulnérables.

 

 

De la recherche-action pour l’accès à l’eau potable en milieu rural : OPED collabore avec les chercheurs

La croissance démographique incessante, l’insuffisance des investissements et du cadre juridique et le coût élevé de la gestion des infrastructures et équipements compliquent davantage les stratégies à adopter pour atteindre très prochainement, les objectifs du millénaire en termes d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement au Togo. De plus, les inondations répétées et les sécheresses dues aux changements climatiques exacerbent les problèmes d’accès à l’eau potable et à l’assainissement déjà existants. Par conséquent, il s’avère nécessaire de développer de nouvelles technologies écologiques et innovantes d’assainissement et de traitement de l’eau. Ces technologies écologiques permettront de répondent efficacement à l’approche participative, intégrée et durable d’assainissement et de gestion des ressources en eau, tant dans les communautés rurales que urbaines.

 

C’est dans ce contexte que OPED-Togo et des étudiants & enseignant-chercheurs de l’Université de Lomé ont mis au point, en 2014, un système de traitement des eaux à base des racines et des graines de plantes tropicales telles que Moringa oleifera et Vetiver nigritana. L’initiative vise à améliorer durablement les habitats des populations en optimisant la clarification et l’adsorption des polluants des eaux usées par l’utilisation des graines de Moringa oleifera et les feuilles de Vetiver nigritana. Les eaux polluées pourront ainsi être traitées in situ ou transportées sur un site de traitement.

 

Cette technologie écologique, peu coûteuse et facilement transposable en milieu rural, utilise les ressources locales et est adaptée à différents volumes et types d’eaux usées tant en milieu urbain qu’en milieu rural. Les prototypes peuvent donc être fabriqués sur le territoire national.

 

La technologie est innovante car elle utilisation du jus des graines de plantes locales à la place des coagulants chimiques classiques. En outre, elle permet d’assurer la phyto-épuration des eaux polluées au cours de laquelle les plantes survivent et se développent plus rapidement.

 

OPED souhaite promouvoir la culture de Moringa et surtout de Vetiver et mettre en place un système d’appui et de suivi des prototypes et collaborer avec les municipalités pour vulgariser les techniques de traitement d’eau dans les milieux ruraux du pays. Elle en appelle à tout partenaire intéressé par l’initiative.